Les milieux naturels

Site Ornithologique départemental des Cinq-Tailles, Photo du mois, Thumeries, Site ornithologique des 5 Tailles, La Neuville, Highland cattle
.....................................................................................................................

   Les milieux naturels
 

 Le site ornithologique des cinq tailles offre sur environ 150ha, une mosaïque d'habitats différents. Des plans d'eau à la forêt, on y croise des milieux qui se succèdent à différents stades de leur évolution naturelle. 

 

 1. Les plans d'eau et vasières

     Situés au coeur du site ornithologique des cinq tailles, les plans d'eau (au nombre de 5) correspondent aux vestiges des anciens bassins de Exutoire Bassin Sud, site ornithologique des cinq taillesdécantation de l'usine Béghin-say de Thumeries. Une de leur particularité est d'être peu profond, avec un maximum de 3.5 mètres au niveau des exutoires en béton, puis le niveau remonte en pente douce jusqu'aux roselières (fond du bassin depuis les observatoires). Cette particularité permet aux oiseaux d'eau d'aller chercher leur nourriture parfois jusque sur le fond, sans faire d'efforts trop coûteux en énergie. L'eau des bassins provient uniquement des pluies. Il est possible d'intervenir sur les niveaux d'eau, uniquement en vidant. L'eau coule alors jusque la Marque en empreintant quelques fossés.

     Une autre particularité des bassins est qu'ils sont dépourvus de poissons (suivi réalisé avec la Fédération de pêche du Nord). Les raisons de cette abscence ne sont pas encore véritablement avérées, un faible taux d'oxygène lié à la présence de matériaux organiques en décomposition (résidus de mélasse), une forte variation du taux d'oxygène et du pH lié au développement important des herbiers, peut être aussi une pollution liée à un produit épendu à l'époque sur les betteraves (lindane) et accumulé dans les boues. Une étude sur l'estimation de la biomasse globale des invertébrés benthiques à révélé la présence de 3 groupes taxonomiques : Oligochètes, Mollusques gastéropodes et insectes. Les oligochètes, majoritairement de la famille des Turbificidae, représentent 76% de l'abondance totale. La présence en nombre de ce type d'oligochète traduit un milieu distrophe, chargé par de la matière organique en excès. La biomasse moyenne présente sur les vasières est faible, et représente une ressource trophique peu attractive pour les oiseaux limicoles, notamment en terme de rendement énergétique (source : Document d'objectif natura 2000, ZPS "les 5 tailles"). Le développement de roselières sur ce milieux anoxique, pourrait par l'apport d'oxygène via les rhizomes, avoir un effet améliorant.

Vue sur l'observatoire Est du Bassin Sud     Mais si il n'y a pas de poissons, que font les cormorans? La plupart du temps ils se sèchent les plumes, ou se reposent. Parfois, ils peuvent prélever de jeunes oisillons... Ce phénomène a été observé par plusieurs ornithologues du site ornithologique. Les cormorans sont donc étroitement surveillés lors des suivis ornithologiques et par les stagiaires qui suivent chaque année la reproduction des Grèbes à cou noir.

     Peu d'espèces piscivores fréquentent les bassins du site ornithologique des cinq tailles. Si vous croisez un martin pêcheur, il va souvent se nourrir dans les mares intra-forestières empoissonnées par certains visiteurs. Les sternes, guifettes ou grèbes huppés vont se nourrir dans l'étang de pêche de la commune. La difficulté à se procurer leurs mets de choix semble trop contraignante pour que ces espèces tentent de nicher, notamment pour le grèbe huppé. Présent régulièrement, les vastes plans d'eau que propose le site pourraient parfaitement lui convenir.

     Mais absence de poissons ne signifie pas pour autant absence de vie. Une multitude d'invertébrés aquatiques, larves ou mollusques vivent dans les bassins du site ornithologique des cinq tailles. Ce sont eux qui se trouvent à la base de la chaîne alimentaire pour la majorité des espèces d'oiseaux qui fréquentent les bassins, comme le Grèbe à cou noir (Podiceps nigricollis). Le présence de grands herbiers à callitriches et l'absence des poissons leur permet de proliférer plus facilement et d'atteindre des densités plus importantes, ce qui peut être une bonne raison pour le grèbe à cou noir de revenir y nicher tous les ans. L'étude de la colonne d'eau à révélé la présence d'une espèce protégée (Hirudo medicinalis) ainsi que d'un coléoptère rare pour la région (Hygrotus confluens).

    Les libellules et leurs larves y trouvent aussi leur compte, ce qui attire les faucons hobereaux (Falco subbuteo), grands amateurs de libellules adultes. On peut les voir déguster en plein vol, tenant leur proie entre les pattes. Le balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus) lors de sa migration passe au dessus du site ornithologique des cinq tailles, mais ne voyant pas de poissons continue son chemin. Malgré les quelques espèces piscivores qui ne stationnent pas très longtemps sur le site, la question du rempoissonnement n'est pas encore tranchée. Le risque de perturber cet équilibre est réél, et le succès n'est pas garanti.

 

2. Les Roselières

     Les roselières constituent un habitat de transition entre le milieu aquatique et le milieu terrestre, que l'on nomme "écotone". Ces zones de transitionCoucher de soleil sur le Bassin Nord 2 sont très riches. Elles peuvent contenir à la fois certaines espèces du milieu aquatique, certaines espèces du milieu terrestre et également d'autres espèces inféodées aux roselières (qui ne vivent que dans les roselières). Il y a donc une biodiversité particulièrement importante, qui s'explique également par la forte productivité primaire des roselières. Cette biomasse végétale est à la base d'une chaîne alimentaire dans laquelle on retrouve des invertébrés (consomateurs primaires) et leurs larves, les oiseaux insectivores, donc souvent migrateurs (Phragmites, Locustelles, Gorge-bleue, Rousserolles), les oiseaux granivores (Bruants), les deux (marouettes, râles) carnivores (busard des roseaux), ou piscivores (Butor étoilé, Blongios nain). Bien qu'ayant un régime alimentaire préférentiel, les espèces sont bien souvent opportunistes, et peuvent se satisfaire d'autres denrées trouvées sur leur passage, toutes proportions gardées.

     Les roselières ont une production de biomasse très importante, ce qui constitue une base solide pour la chaîne alimentaire. De nombreux consommateurs primaires, souvent des insectes (adultes ou larves), Site ornithologique des cinq tailles, vue de la roselièreprofitent de cette manne et prolifèrent en nombre, consommant  les parties végétales émergées ou  la litière (pas toujours inondée). Les roselières regorgent de nourriture, et les oiseaux le savent bien.  De nombreux oiseaux paludicoles (qui aiment les zones palustres, humides) fréquentent ce milieu au cours de l'année. Les roselières, comme les zones humides en général ayant perdu beaucoup de surfaces ces dernières décennies, les espèces qui y vivent ont vu leurs effectifs réduire fortement, par manque d'habitat favorable à leur survie. Ces oiseaux ont bien souvent une forte valeur patrimoniale, et leurs effectifs sont étroitement surveillés. (Butor étoilé, Phragmite aquatique, Blongios nain, marouettes, bruants, gorge-bleue...)

     Sur le site ornithologique des cinq tailles, les roselières occupent la périphérie des bassins et la place de l'ancienne vasière, qui a évoluée naturellement. Comme toutes les roselières, l'étape suivante de leur évolution est le mégaphorbiaie, puis viennent les essences arbustives pionnières des zones humides (saules, aulnes) qui préparent l'installation d'un milieu forestier (qualifié de "climax" sous nos latitudes, mais le terme fait parfois débat). Afin d'espérer pouvoir intervenir sur cette évolution naturelle (très rapide), il est impératif de pouvoir gérer les niveaux d'eau en les faisant fluctuer, afin de maintenir des périodes en eau et d'autres d'assec. Les périodes en eau (sol de la roselière sous une lame d'eau) permettent de limiter (voir stopper) l'apparition des essences arbustives, qui ont de grosses difficultés  à germer sur un sol inondé. A l'inverse les périodes d'assec permettent une meilleure dégradation de la matière organique qui forme la litière (opération de biodégradation très gourmande en oxygène). Cette dégradation est beaucoup plus lente en situation d'anaéobiose, comme dans le milieu aquatique où l'oxygène est moins présent que dans l'atmosphère. La période d'assec, en favorisant la dégradation et la minéralisation de la matière organique contenue dans la litière, permet de limiter l'augmentation du niveau du sol composé par cette litière, et participe à maintenir la roselière "les pieds dans l'eau". L'eau est donc un élément essentiel à la conservation d'une roselière.

 

3. Les prairies humides

     La plupart des prairies sur le site ornithologique des cinq tailles ont été recrées. Le sol a été préparé et semé artificiellement. La valeur patrimoniale de ces dernières, d'un point de vue botanique, est donc assez limitée et le milieu est propice à l'apparition d'espèces envahissantes (sainfoin d'Espagne, ambroisie pulmonaire). Ces espèces font l'objet de mesures de gestion destinées à limiter leur prolifération souvent rapide. Les prairies sont situées sur d'anciens bassins de décantation ayant été comblés par les boues de lavage des betteraves, puis plantés de peupliers.Prairie innondée

     Le réel intérêt des prairies humides sur le site ornithologique des cinq tailles est ailleurs. Les prairies constituent un milieu ouvert, utilisé par plusieurs espèces d'oiseaux pour se nourrir, se reposer ou se reproduire (vanneau huppé, tadorne de belon, perdrix grise, bergeronnettes…). Les prairies sont situées en bordure de zone humide, donc au cœur du site, et constituent une grande zone de quiétude pour la faune (non accessible au public). En marge des saisons de reproduction on y rencontre souvent des groupes d'oiseaux en migration effectuant une halte sur le site (grives, pinsons, pipits, cailles, alouettes,…). On peut y croiser quelques mammifères tels que le chevreuil, le renard, les lapins, quelques mustélidés (putois, belettes, fouines) et autres micromammifères (principalement campagnols)(Etude sur les micromammifères effectuée en 2010 et 2011, par des stagiaires de l'IUP de Boulogne et l'université de Lille). Cette abondante nourriture attire les rapaces, qui apprécient ces zones ouvertes avec une faible hauteur de végétation pour chasser  (chouette hulotte, chevêche d'athéna, Faucon crécerelle).

     Récemment, une nouvelle zone humide a été créée derrière les roselières, par le biais d’une augmentation du niveau d’eau du bassin "Nord 2". Cela à permis de renforcer la roselière (annuellement asséchée pour le confort des opérations de baguage), et  l'installation d'une végétation d'hélophytes, pâturée de manière extensive jusqu'en mai. Cette végétation reste basse, dense, le sol est inondé  et constitue une zone de nourrissage intéressante pour le Phragmite aquatique lors de sa migration. Allié à la roselière, réputée être sa zone favorite de repos, le Phragmite aquatique (Acrocephalus paludicola) bénéficie d'un espace à sa mesure pour effectuer une halte migratoire pré ou post-nuptiale. Espèce "parapluie" l'aménagement de cette zone pour le Phragmite aquatique profite à d'autres espèces, ainsi la zone est régulièrement fréquentée par plusieurs limicoles (bécassines, barges à queue noire, chevaliers gambette, culblanc, guignette ou aboyeur, vanneaux huppés) et divers canards. La quiétude de cette zone conditionne son attractivité pour la faune.

 

4. La forêt

      La forêt est le 1er milieu que l'on traverse en venant sur le site ornithologique des cinq tailles. Le cheminement qui démarre au parking, serpente à Lumière matinale au site ornithologique des cinq taillestravers une chênaie plantée en 1928, pour arriver jusqu'aux observatoires offrant une vue sur les bassins et constituant un passage sans transition entre le milieu forestier et aquatique. Le changement d'ambiance est assez frappant, surtout au printemps, moment où la reproduction bat son plein et où la colonie de mouettes rieuses se fait le plus entendre.

   Site ornithologique des cinq tailles, la forêt  Majoritairement composée de chênes et de charmes, la forêt est gérée grâce à un plan de gestion réalisé par l'ONF (Office National des Forêts).  La gestion tend à aller vers une chênaie-charmaie. Cette gestion forestière est effectuée par les gardes du secteur de Lille, tandis que les coupes rases (gros volumes) sont sous-traitées et vendues sur pied à des entreprises d'exploitation forestières privées. La gestion des parcelles forestières est principalement effectuée par "pied d'arbre" ou "jardinée". Ce mode de gestion signifie que l'on intervient arbre par arbre, en essayant de préserver au maximum les sols et les sujets non désignés, ainsi que le sous-étage.

     On y trouve plusieurs essences forestières spontanées tel que le bouleau, le sorbier des oiseleurs, la bourdaine, le frêne, le saule, l'aulne, le charme, etc… Une large place est laissée à la régénération naturelle, comptant sur la banque de graine présente dans le sol, mais également sur les vieux sujets qui peuvent jouer le rôle de semenciers. La flore y est riche et variée, passant des ptéridaies aux ronciers, laissant par endroit s'exprimer quelques touffes de muguet de mai (Convallaria majalis) mélées de maïenthème à deux feuilles (Maianthemum bifolium). Les abords des chemins sont régulièrement parsemés d'orchidées sauvages telles que l'épipactis à larges feuilles (Epipactis helleborine) ou l'ophrys abeille (Ophrys apifera). Protégées, toute cueillette est interdite.

     Plus difficiles à observer que les oiseaux d'eau, surtout en période de végétation, la forêt abrite également plusieurs espèces d'oiseaux forestiers, que l'on détecte souvent grâce à leur chant. Outre les pics, reconnaissables aux tambourinements ou à leurs cris puissants, on rencontre souvent le Pinson des arbres (Fringilla coelebs) ou le pouillot véloce (Phylloscopus collybita) lors de son retour de migration (avril), surnommé "le compteur d'écu" à cause de son chant typique, annonciateur du printemps, que l'on reconnaît assez facilement. La canopée abrite régulièrement quelques aires de rapaces, tel que l'épervier d'europe (Accipiter nisus), la buse variable (Buteo buteo) ou la bondrée apivore (Pernis apivorus).